Madonna est le Miles Davis de la musique pop


Miles Davis picture from You're under Arrest - Madonna from Polari Magazine

Après avoir assisté au spectacle de Madonna à Zürich, je n'ai pu m'empêcher de penser aux traits qu'elle partage avec le génie du jazz Miles Davis.

Tout deux ont su choisir d'excellents collaborateurs. Steve Jobs avait l'habitude de dire "A players hire A players" (les joueurs de premier rang embauchent des joueurs de premier rang). Miles et Madonna sont définitivement des joueurs de premier rang. Quand le premier choisit de travailler avec Gil Evans sur Sketches of Spain, Madonna choisit d'enregistrer la chanson de Patrick Leonard La Isla Bonita. Quand Teo Macero produit Stella by Starlight ('58), William Orbit produit Ray of Light, et quand Miles est inspiré par le jeune Marcus Miller, Madonna trouve son inspiration dans les mouvements du danseur Lil Bucks.

Dans son autobiographie écrite avec Quincy Troupe, Miles Davis dit : "La toute première chose dont je me souvient dans mon enfance est une flamme." Une chose fascinante à propos de Miles Davis est l'incroyable flamme intérieure qui l'a poussé à aller au-delà de ce qu'il connaissait et à chercher de nouveaux chemins pour créer art et musique, tout au long de sa carrière, même après la rencontre du succès et de l'argent. Madonna est aussi une artiste aimant le risque, et je veux dire pas seulement quand elle se lance dans les clubs de sport, films, et autres. J'ai tout spécialement apprécié l'inclusion de pas moins de 7 nouveaux titres avec mise en scène créative dans sa tournée mondiale MDNA. C'est un signe que la flamme intérieure qui l'a initialement poussée à monter sur scène est toujours en train de brûler en elle.

Bien sûr, True Blue n'est pas Kind of Blue ; néanmoins, et je suis sûr que Sue Sylvester serait d'accord, Madonna est le Miles Davis de la musique pop.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Compositeurs, publiez vos partitions !

Composer pour le Sampo

Masse pétrie