Electroclarinet 1 - Du brouillon à la partition

À la recherche de l'album studio ? Visitez www.electroclarinet.com

Electroclarinet 1 brouillon partitionpage 1Electroclarinet 1 brouillon partition page 2

Le brouillon de Electroclarinet 1

Electroclarinet 1 partition page 1 Electroclarinet 1 partition page 2

Ma partition pour la première de Electroclarinet 1

Une composition sérielle inspirée par Steve Vai et Wolfgang Amadeus Mozart

Comme vous pouvez vous souvenir, ce titre était l'une de des planches de ma présentation Max MSP (et au-delà) à Shanghai. L'influence de Steve Vai est peut-être évidente (quand je composais, j'ai découvert son double DVD Where The Wild Things Are.) Donc je vais essayer de souligner comment la pièce est liée à la musique s érielle et à Mozart.

Le lien le plus simple est avec Mozart : vous avez peut-être déjà reconnu que la dernière minute de Electroclarinet 1 n'est autre que 18/60 - True Night, une minute de musique inspirée par Mozart. Maintenant, comment cette musique est-elle sérielle ?

Et bien, il se trouve que 18/60 - True Night n'est pas seulement la section finale de Electroclarinet 1, mais vraiment une graine pour toute la composition. Vous pouvez le voir en comparant le brouillon ci-dessus avec la partition de 18/60 - True Night.

Nous pouvons aussi suivre les trois premières notes de True Night tout au long de Electroclarinet1 :


4 transpositions du motif de 3 notes : cela ressemble à une série de 12 sons !

  • les trois notes qui ouvrent la pièce (Fa, Sol, La). Il doivent être joués comme des sons fendus, le type de sons multiphoniques joués avec les doigtés normaux, et qui sonnent vraiment riches sur les notes les plus graves de la clarinette. J'ai aimé faire interagir ce spectre inharmonique avec l'inharmonicité des traitements électroniques, un décalage de fréquences (modulation en anneau) dynamique.
  • les trois notes aigües (Lab, Sib, Do). Ce sont des multiphoniques sur trilles, ou plutôt tremolos. Après avoir écrit les notes aigües, j'ai déterminé quels tremolos exacts je voulais, en essayant avec la clarinette.
  • (Si, Do#, Ré#) sont joués comme des multiphoniques également, les sons graves étant de fausses "fondamentales virtuelles" des notes aigües doigtées.
  • Enfin, (Ré, Mi, Fa#) commencent la dernière minutes de la pièce. Et pour terminer la composition, les trois dernières notes sont les mêmes que les trois premières (Fa, Sol, La) - c'est une approche vraiment classique, bien sûr.

Écoutez Electroclarinet 1.

Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

Compositeurs, publiez vos partitions !

Treffpunkt - Karlheinz Stockhausen - Musique intuitive

Ateliers sur FFT & Max